A2ZWEBDESIGNSUSA

“Puissant et subtil” : Penélope Cruz trouve l’un de ses meilleurs rôles dans ce thriller social espagnol

A l'occasion de la sortie de "À contretemps", voici cinq choses à savoir sur ce thriller social porté par Penélope Cruz et Luis Tosar.

De quoi ça parle ? Avocat aux fortes convictions sociales, Rafa a jusqu’à minuit pour retrouver la mère d’une fillette laissée seule dans un logement insalubre. A défaut, la police placera la petite en foyer. Dans sa course contre la montre, Rafa croise la route d’Azucena, une femme injustement menacée d’expulsion, et qui pour s’en sortir, tente de provoquer une révolte citoyenne. Alors que les heures défilent implacablement pour ces deux âmes en lutte, Madrid devient le lieu de toutes les colères…

À contretemps

Sortie :

5 juillet 2023

|
1h 43min

De
Juan Diego Botto

Avec
Penélope Cruz,
Luis Tosar,
Christian Checa

Presse
3,5

Spectateurs
3,5

Séances (257)

Un acteur derrière la caméra

Juan Diego Botto est acteur et scénariste pour le théâtre. Avec A contretemps, il réalise son premier long métrage : “Presque tout mon théâtre tourne autour du même thème. En général, l’exil, l’impunité, la mémoire sont très présents dans mon travail. Même la dernière œuvre que j’ai écrite, Une nuit sans Lune sur García Lorca, que je pensais différente. Après analyse, j’ai réalisé que j’avais encore écrit sur un homme disparu, un homme qui a été enlevé chez lui, arrêté illégalement, torturé, fusillé et porté disparu.”

“On ne sait toujours pas où est son corps. Je crois que mon théâtre rejoint À Contretemps sur deux points : d’abord, la question de l’impunité, avec cette lutte de l’être humain contre des institutions invisibles qui sont bien plus puissantes que l’individu. Et l’autre point, c’est le prix à payer pour cette lutte, le prix de l’activisme, pour ainsi dire, pour ceux qui essayent de changer les choses et qui sont représentés par Rafa (joué par Luis Tosar). Les autres le voient comme un héros, mais il délaisse aussi quelque chose.”

Juan Diego Botto a joué dans plus de 50 films espagnols, argentins et américains, ainsi que dans une dizaine de productions télévisées et plusieurs pièces. Parmi ses rôles au cinéma, nous pouvons citer ceux qu’il tient dans Broken Silence, Obaba de Montxo Armendáriz, Full Moon de Imanol Uribe, The Europeans, Go Away From Me de Víctor García Leon, The Dancer Upstairs de John Malkovich, The Suicide Squad de James Gunn (dans la peau du dictateur Silvio Luna) ou encore Roma de Adolfo Aristarain.

Il a par ailleurs écrit six pièces de théâtre, dont Un trozo invisible de este mundo (prix MAX du meilleur spectacle, du meilleur acteur et du meilleur nouvel auteur) et Una Noche sin Luna, pour laquelle il a reçu trois prix MAX, ainsi que le National Theater Award 2021.

Naissance du projet

À Contretemps est né d’une conversation entre Juan Diego Botto et Penélope Cruz (le cinéaste et l’actrice se connaissent depuis l’adolescence) : “Elle me suggérait d’écrire pour le cinéma. J’ai commencé à écrire, et j’ai eu l’idée d’une scène dans laquelle un couple discutait la veille de son expulsion locative. C’est parti de là”, explique-t-il.

Se documenter sur les expulsions

Grâce à Olga Rodríguez, journaliste et co-scénariste du film, Juan Diego Botto a eu connaissance de la situation des expulsions en profondeur. Ils ont ainsi fait de longues recherches pendant plus d’un an avec des familles en procédure d’expulsion et ont interviewé des éducateurs, des travailleurs sociaux et des avocats : “Quand on a connu cette réalité en profondeur, c’est très difficile de se maintenir à l’écart de ce qui est visiblement une atteinte, un abus social, vis-à-vis et contre les plus défavorisés.”

“Ça nous a motivés à raconter cette histoire. Il y a eu énormément de versions du scénario, car il s’est écoulé beaucoup d’années entre l’écriture et le financement, et puis il y a eu la pandémie. Ça a été un processus très long. Dans une histoire sur une réalité précise, le point de vue est implicite, le point de vue sur l’éthique en question est implicite dans l’injustice qu’on raconte”, se rappelle le réalisateur.

Acteurs non-professionnels

Si le film est porté par de très grandes stars, Juan Diego Botto a également fait appel à des acteurs non-professionnels pour certains rôles : “Le processus de recherche a été si long, si complexe et si productif qu’on sentait qu’il allait inclure ceux qui avaient eu l’immense générosité de nous laisser entrer chez eux et de nous raconter leurs histoires.”

“Un jour, Olga Rodríguez a eu l’idée de filmer une assemblée, donc on a inclus cette séquence et on savait que ça devait être une assemblée réelle où chacun parlait de son cas. La réalité est toujours beaucoup plus forte et déchirante que la fiction. Leurs histoires sont atroces. Si on racontait leurs cas réels, le film serait bien plus dramatique.”

Casting de haute volée

Juan Diego Botto a réuni un casting de haute volée : “Pour ce qui est de Penélope, c’était l’évidence même. Elle est à l’origine de l’histoire. Pour Luis également. À partir du moment où est apparu le personnage de cet avocat, j’ai tout de suite pensé à lui. C’est un des meilleurs acteurs d’Espagne. Ensuite, on a fait auditionner Adelfa Calvo (Teodora).”

“C’est une actrice exceptionnelle, qui me semblait un peu jeune pour le personnage. On l’imaginait plus âgé. Mais elle a livré une audition tellement formidable que ça ne pouvait être qu’elle. Le jeune Christian Checa est lui aussi formidable. On a auditionné des centaines d’adolescents, et Christian a livré plusieurs auditions exceptionnelles.”

“La même chose s’est produite avec Aixa Villagrán (Helena). On avait déjà fait un choix, avant cette dernière audition. Elle m’a bluffé. Et je me suis dit : « C’est elle ». Elle avait fait quelque chose de très différent des autres. Ce qui ressort du film, je pense, c’est le merveilleux travail de tous les acteurs”, se remémore le metteur en scène espagnol.

Click Here: roscommon gaa jerseys

Leave a Reply